Partager

Un carburant pour les études !

Sport

Ils sont internes en médecine, ce qui ne les a pas empêchés de gravir le mont Blanc ! Jonathan Bonnet et Antoine Reydellet nous livrent leurs conseils pour se (re)mettre au sport, antidote naturel au stress et boosteur de bonne santé.

Pas évident de maintenir le rythme durant ses études en santé… un vrai marathon ! Pourtant, faire du sport permet de garder une bonne santé physique et mentale. « Les premières années de cours, nous sommes tous restés assis plusieurs heures d’affilée devant l’écran ou les poly » rappelle Antoine Reydellet, interne en dernière année de médecine du travail en inter CHU à Paris. « Cette sédentarité entraîne de la rigidité musculaire dorsale, ce qui fait que l’on dort mal. » Vélo, escalade en salle, natation ou course… évitent les douleurs de dos et favorisent un meilleur sommeil.

Pratiquer une activité physique régulière permet également de réguler plus facilement son alimentation et de limiter « les potentielles fâcheuses tendances de passer son stress sur la nourriture, voire la cigarette » explique Antoine. L’un de ses amis nageur de haut niveau a tout arrêté et pris 23 kg !

Mens sana in corpora sano*

Le sport est aussi et surtout un bon réservoir pour éviter le stress et se vider la tête. « L’activité physique permet de penser à autre chose, et ainsi d’avoir un autre point de vue quand on remet le nez dans ses cours. Elle est idéale pour avancer plus vite ou résoudre un problème ! »

Jonathan, interne en néphrologie à la faculté de médecine de Limoges et boxeur de haut niveau, plusieurs fois champion de France, d’Europe et du monde senior, ne dira pas le contraire. « En médecine, on est rarement actif, avec de gros horaires et beaucoup de stress. Le soir, on a la tête en compote et juste envie de se poser. Mais c’est un cercle vicieux qu’il faut casser, car le sport a un impact bénéfique sur le moral. » Les sécrétions d’endorphine apportent une sensation de bien-être qui joue sur l’humeur. « C’est pour moi le meilleur antidépresseur de la terre ! »

Une habitude à prendre

Pas le temps ? Tout est pourtant une question d’organisation. Vingt ou trente minutes par jour suffisent, assure Antoine qui conseille, par exemple, de marcher rapidement en révisant en même temps. « Bien sûr, c’est mieux de compartimenter et de s’aménager une véritable pause, mais on peut tout à fait relire ses fiches sur un tapis de course ou un vélo en salle. » L’étudiant a pris sur le déjeuner du midi pour s’entraîner à l’ascension du mont Blanc… et continue à ce rythme. L’essentiel est de ne pas le ressentir comme une contrainte. Pour cela, rien de tel que de pratiquer avec des amis, en club ou ailleurs. « À la salle d’escalade, j’ai rencontré d’autres internes, ce qui permet une sorte d’entraide et de rester soudés, mais sans parler médecine ! », rapporte Jonathan, pour qui le sport est une bonne façon de profiter de la vie et de ressentir de nouvelles expériences.

L’activité n’est pas un obstacle aux études… bien au contraire, les deux sont complémentaires, d’autant que le sport est un investissement quotidien pour garder une bonne santé à long terme. 

* Un esprit sain dans un corps sain.

Raphaëlle Bartet

Vacances de Noël : restez motivés !

La coupure de Noël est en général idéale pour relâcher la pression et se détendre un peu. Pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour faire du sport… sans céder au découragement ? Antoine le confirme : « C’est à ce moment précis que certains étudiants se disent qu’ils ont beaucoup perdu physiquement en ne pratiquant pas depuis la rentrée. Or, ce n’est pas le cas. Il est important de relancer le métabolisme en le boostant un peu chaque jour. » Jonathan, lui, profite de cette époque pour se donner de nouveaux défis pour l’année à venir en se lançant des objectifs atteignables et ludiques. Courir une course solidaire de 5 ou 10 km, participer à un Ninja Warrior… À vous de voir quel sera le vôtre !      

< Retour aux articles